personal2

cymbelinerepe3

 SPECTACLE 2018 

Cymbeline 

29 et 30 juin / 1er et 2 juillet 2018

ATTENTION, spectacle à 19 heures 30 !

D'abord classée comme tragédie, Cymbeline est actuellement considérée comme une romance tardive. Bien qu'autrefois très appréciée (John Keats la comptait parmi ses pièces favorites), cette pièce a perdu de sa popularité depuis le XIX° siècle, d'où l'idée de la remettre à l'honneur.

Au début de l'intrigue, le roi Cymbeline* bannit l'homme que sa fille unique a épousé en secret sans son accord... 

Voilà qui va permettre à Shakespeare d'aborder de nombreux thèmes qui lui sont chers : la colère du père, l'amour des mariés séparés, les épreuves qui vont en découler, la femme se travestissant en homme, les fantômes qui interrogent l’action... Mais on y rencontre aussi un soupirant ridicule, une marâtre digne des contes de Grimm, un général romain, des hommes des bois perdus dans les collines et même une intervention du maître de l'univers!

* Personnage inspiré par un chef breton insulaire, Cunobelinus, qui aurait régné avant la période de l'invasion romaine.

Mireille Noa, metteuse en scène présente son travail :

Cette pièce de Shakespeare est une histoire d'amour déchirante au beau milieu d'une farce, la farce d'une société pervertie par une reine dont le roi est un pantin qu'elle manipule et ainsi, tout va à l'avenant. Aujourd'hui, nos méchantes reines se nomment profit, et déshumanisation. Leurs pantins ? Nous-mêmes, englués dans un système à bout de souffle.

Shakespeare, avec l'universalité que nous lui connaissons, évoque  notre époque en parlant de la sienne. Il a su évoquer la difficulté d'être pur et sincère dans une société qui ne nous offre que la consommation en guise de credo et une offre culturelle acculée par les affres de la téléréalité. Il a su nous parler de ceux qui, refusant ce modèle offert, quittent la partie pour réinventer une autre philosophie, tournée vers la nature et l'humain. A n'en point douter, Shakespeare, s'il vivait aujourd'hui, vilipenderait la téléréalité comme il a dénoncé les turpitudes de son temps.

cymbelinerepe1Aimant critiquer ce que je n'aime pas, mais détestant critiquer sans connaitre, j'avais déjà regardé un ou deux épisodes de quelques émissions de téléréalité.

En lisant la pièce, dès le tout début lorsque deux seigneurs commentent les évènements de la cour, j'ai le sentiment de me trouver dans  "Le loft". Sans plus y penser, je poursuis ma lecture et me retrouve sur un remake shakespearien de "L'île de la tentation". La coïncidence m'amuse, je poursuis ma lecture et me voilà en pleine nature, avec une princesse vivant une expérience digne de "Koh Lanta". Et que nous propose le final ? "Secret Story", avec la révélation des identités véritables de cinq personnages. J'ai, de ce fait, décidé de mettre en scène Cymbeline  en jouant avec ces réflexions.

cymbelinerepe2

 

J'ai modifié de nombreux éléments de la traduction, libre de droit, trouvée sur internet, pour m'approcher de la langue originale de Shakespeare : plus légère, plus acide, plus poétique. Toutefois j'ai conservé l'ensemble du texte initial. J'ai simplement ajouté des interludes de mon cru, situant la pièce dans un contexte de téléréalité : Tous ses codes en sont présents, de la caméra omniprésente qu'il faut cacher pour qu'elle se fasse oublier, au fauteuil du confessionnal.

 

Je souhaite mettre en scène la pièce Cymbeline de Shakespeare comme un conte moderne et grinçant où seuls les êtres authentiquement bons gardent leur dignité, un conte moderne à la sauce Brexit, un conte plein de surprises faisant le lien entre nos deux époques…

cymbelinepano3Le site du spectacle au domaine du Dourven (Tredrez-Locquémeau)

 

Affichecymbeline10 € / 6 €
Places disponibles à la librairie Gwalarn, 15 rue des Chapeliers Lannion

Ou billetterie sur place avant chaque spectacle

Trouver le site du spectacle